XIV Lois concernant les feuilles de Saule / Arava

XIV Lois concernant les feuilles de Saule / Arava

455
0
SHARE

XIV Lois concernant les feuilles de Saule / Arava (6§)

 

N.B : une feuille de Saule s’appelle en hébreu Arava ערבה.

 

1)   [2-יד-א] Lorsque la Torah parle de עַרְבֵי-נָחַל « saules de rivière », il s’agit de saules (=Arava) dont les feuilles sont allongées comme un ruisseau et dont le rebord des feuilles est lisse sans défaut et dont la tige est rouge. Il n’est pas nécessaire que les saules poussent obligatoirement au bord des ruisseaux, et même si les saules poussent sur une montagne ou dans un désert, elles sont Kasher. Comme la majorité des Aravoth poussent au bord des ruisseaux elles sont appelées עַרְבֵי-נָחַל « saules de rivière »,

 

Il existe une autre sorte qui ressemble à la Arava dont les feuilles sont arrondies et le bord ressemble à une scie et dont les tiges ne sont pas rouges, cette sorte s’appelle « Tsaftsafa » et ce n’est pas de la sorte « Arava » et n’est pas Kasher (pas valable pour les quatre espèces).

 

Il existe une sorte de Arava dont le bord des feuilles n’est pas lisse, mais n’est pas comme une scie, mais possède des sillons extrêmement petits comme le bord d’une petite scie. Cette sorte pousse au bord des ruisseaux comme la Arava et est Kasher. Tous ces cas ont été transmis par tradition orale depuis Moshé Rabbénou (Moïse notre maître).

 

 

2)   [2-יד-ב] Une Arava dont la tête a été coupée (cassée) n’est pas valable. Et même si la tête a été coupée un tant soit peu, la Arava n’est pas Kasher (pas valable). De ce fait, certains sont vigilants à prendre une Arava qui possède, à l’extrémité de sa tête, un bourgeonnement (« Lavlouv »).

 

 

3)   [2-יד-ג] Une Arava sèche n’est pas valable, c’est à dire que [on appelle « Arava sèche une Arava dont] la majorité des feuilles sur la longueur requise (les trois Téfa’him requis à partir de la tête de la Arava) ont séché à tel point qu’elles ne sont plus du tout vertes. Par contre, une Arava fanée (flétrie) qui n’est ni fraiche ni sèche est Kasher.

 

 

4)   [2-יד-ד] Une Arava dont les feuilles sont tombées sur la majorité de la longueur requise (trois Téfa’him à partir de la tête de la Arava) n’est pas valable. Il est bon d’embellir la Mitsva en prenant une Arava dont une seule feuille n’est pas tombée sur toute la longueur requise.

 

 

5)   [2-יד-ה] La longueur requise pour une Arava est de trois Téfa’him (24 centimètres et il est bon d’être plus strict et de prendre 30 centimètres). Si la Arava est beaucoup plus  longue elle est Kasher, mais à condition que la colonne vertébrale du Loulav dépasse d’au moins un Téfa’h la Ârava, après que les espèces aient été attachées.

 

 

6)   [2-יד-ו] Il faut prendre deux Aravoth, car il est écrit עַרְבֵי-נָחַל « saules de rivière » (qui est une expression au pluriel) et le minimum du pluriel est de deux. En ce qui concerne la Halakha, dans le cas où quelqu’un souhaite mettre plus de deux Aravoth, voir plus haut dans les lois sur les feuilles de Myrte (Ch. XIII §6) ces lois étant identiques.