XIII Lois concernant les branches de Myrte / Hadass

XIII Lois concernant les branches de Myrte / Hadass

342
0
SHARE

XIII Lois concernant les branches de Myrte / Hadass (10§)

 

N.B : une branche de Myrte s’appelle en hébreu Hadass הדס.

 

1)   [2-יג-א] L’expression וַעֲנַף עֵץ-עָבֹת un rameau de l’arbre Âvoth  (Lévitique Ch. 23 v. 40) rapportée dans la Torah correspond à la branche de Myrte dont les feuilles recouvrent le rameau. Il n’est appelé « Avoth » que si sortent de chacun de ses « nids »  (de chaque palier de feuilles) trois feuilles ou plus, qui poussent l’une à côté de l’autre en un cercle, au même niveau, même si chaque feuille sort d’une queue différente, mais à condition que l’une des feuilles ne soit pas plus haute ou plus basse que les deux autres et c’est ce qu’on appelle un « Hadass Méshoulash » « une branche de Myrte triple » [c’est à dire que les feuilles poussent trois par trois en paliers].

 

Si une des feuilles est plus haute ou plus basse que les deux autres alors ce Hadass ne s’appelle plus un « Hadass Méshoulash » « une branche de Myrte triple » mais un « Hadass Shotté » « Myrte sauvage », et nous ne sommes pas quitte de notre obligation avec un tel Hadass, même en cas de force majeure (voir plus loin au paragraphe 8 dans quelle proportion un Hadass doit être triple).

 

 

2)    [2-יג-ב] Dans le cas d’un Hadass greffé avec une autre sorte, il y a une discussion parmi les décisionnaires et il est bien de faire attention à l’avis des décisionnaires qui sont stricts [et interdisent]. Malgré tout, il ne faut invalider qu’un Hadass qui provient avec certitude d’une greffe, mais si nous ne sommes pas sûrs qu’il s’agisse d’une greffe, mais que son aspect diffère un peu de l’aspect habituel [et donc qu’il y a un doute], il n’y a pas lieu de l’invalider de ce fait.

 

 

3)     [2-יג-ג] [adapté car visiblement faute d’édition, complété avec le Hazon Ovadia Soukkoth page xxx] Un Hadass dont les feuilles ont séché n’est pas valable. Si la face des feuilles a blanchi cela s’appelle avoir séché. Si la majorité des feuille a séché et qu’il reste dans chacune des trois branches un niveau (de trois feuilles) avec trois feuilles qui n’ont pas séché c’est Kasher [Maran dans le Shoul’han Aroukh chapitre 646 §6-7-8].

 

 

4)     [2-יג-ד] Un Hadass dont la tête s’est cassée est apte à l’utilisation (il est Kasher). Malgré tout, si on peut trouver un autre Hadass il est bon d’être strict (et de remplacer celui dont la tête est cassée).

 

 

5)     [2-יג-ה] Un Hadass qui a des baies et dont les baies sont plus nombreuses que les feuilles du Hadass, si les baies sont vertes, le Hadass est apte à l’utilisation (Kasher), si les baies sont rouges ou noires le Hadass est impropre à l’utilisation car du fait de la présence des baies il y a une modification de l’aspect et le Hadass n’est plus « Hadar » « beau » (on est dans le cas où les baies sont plus nombreuses que les feuilles).

 

Si on a cueilli les baies et qu’elles sont amoindries (elles sont moins nombreuses que les feuilles), le Hadass est apte à être utilisé. Cependant il ne faut pas les cueillir pendant un jour de fête car on a alors « réparé » le Hadass (Métaquène). Si quelqu’un a transgressé et les a cueillies pendant un jour de fête ou bien les a cueillies pour les consommer, alors le Hadass est apte à être utilisé (Kasher).

 

 

6)     [2-יג-ו] Il faut prendre trois branches de Myrte car il est écrit וַעֲנַף עֵץ-עָבֹת, c’est à dire que ַעֲנַףdonne une branche, עֵץ donne une seconde branche et עָבֹת donne une troisième branche. Si quelqu’un ne dispose que d’une ou deux branches Kashères, il y a une discussion entre les décisionnaires pour savoir s’il peut faire la bénédiction sur le Loulav. En conséquence, il ne faudra pas faire la bénédiction selon le grand principe que nous avons « en cas de doute sur une bénédiction, nous nous abstenons de la faire».

 

S’il souhaite en rajouter (c’est à dire avoir plus de trois branches de Myrte), selon la loi pure il en a le droit. Certains des décisionnaires médiévaux interdisent dans un tel cas. Les gens qui font attention (aux Mitsvoth) ne rajoutent pas aux trois branches de Myrte requises. De même, selon la loi pure, s’il souhaite rajouter des feuilles de Myrte « sauvages » qui ne sont pas aptes à être utilisées pour faire la bénédiction, en plus des trois feuilles de Myrte Kashères, il en aura le droit. Il en aura le droit à plus forte raison s’il ne pense pas rajouter ces Hadassim en vue de la Mitsva mais pour enjoliver.

 

 

7)      [2-יג-ז] La taille (minimale) du Hadass est de trois Téphahim (trois poings) (soit 24 centimètres, et il est convenable d’être plus strict et d’avoir une taille d’au moins 30 centimètres). Si le Hadass est très long, il est apte à être utilisé mais à la condition que la branche du Loulav soit plus grande que le Hadass d’au moins un Téfa’h (8 ou 10 centimètres) après qu’on ait noué les espèces ensemble.

 

 

8)     [2-יג-ח] A priori, il est convenable que le Hadass soit triple sur toute sa longueur de bas en haut. Malgré tout, d’après la loi pure, dès que la majorité est triple, que la minorité soit constituée de deux feuilles (c’est-à-dire que les niveaux sont constitués de deux feuilles) ou de même que les feuilles soient tombées sur la minorité, le Hadass est apte à être utilisé.

 

Même si le Hadass est très long, et que sa majorité n’est pas triple, tant qu’il est triple sur la « majorité » de la longueur du Hadass c’est à dire sur plus d’un Téfa’h et demi (environ 16 centimètres) le Hadass est valable. Certains rendent même apte un Hadass dont la majorité de la longueur est triple mais pas sur un seul tenant mais cette majorité (de 16 centimètres) est répartie sur toute la longueur du Hadass. D’autres décisionnaires doutent dans ce cas (si on peut permettre ou pas) et il est bon d’être strict

 

 

9)     [2-יג-ט] Un Hadass dont nombre de feuilles sont tombées, tant qu’il reste la majorité dans chaque « nid » (chaque niveau de feuilles), c’est à dire qu’il reste 2 feuilles dans chaque nid (chaque niveau), le Hadass est apte à être utilisé. Certains décisionnaires sont stricts dans ce cas (et donc interdisent) et il est bon tenir compte de leur avis.

 

Par mesure de piété on n’utilise pas un Hadass ne serait-ce que s’il est tombé une feuille sur la majorité de sa longueur [sur chaque nid de la majorité de la longueur]. Si deux feuilles sont tombées de chaque nid sur la majorité de la longueur, le Hadass est impropre à la consommation.

 

 

10)    [2-יג-י] Un Hadass dont les feuilles ne recouvrent pas son rameau (tige), c’est à dire que la pointe (le haut) de chaque feuille n’atteint pas la base des feuilles qui sont au-dessus, certains interdisent et certains permettent.