XII Lois concernant le Loulav

XII Lois concernant le Loulav

457
0
SHARE

XII Lois concernant le Loulav (8§)

 

1)   [2-יב-א] L’expression  כַּפֹּת תְּמָרִים (Lévitique Ch. 23 v. 40) rapportée dans la Torah correspond aux branches du palmier, lorsqu’elles poussent, avant que les feuilles ne se séparent de part et d’autre, mais qu’elles sont comme un sceptre. C’est ce qui est appelé « Loulav ».

Il ne faut pas prendre plus qu’un Loulav. Même si dans la Torah il est écrit כַּפֹּת תְּמָרִים, au pluriel, malgré tout comme le mot כַּפֹּת  est écrit dans la Torah avec un manque (il manque un waw, qui avec le Taw donne la marque du pluriel), les sages ont appris (de ce manque) qu’il ne faut pas prendre plus d’un Loulav.

Si les feuilles se sont séparées les unes des autres, et ne se sont pas arrachées de l’endroit où elles sont fixées (de leur attache au Loulav), le Loulav est Kasher. Le mieux de la Mitsva est que les feuilles ne se séparent pas les unes des autres. Si les feuilles sont tombées à tel point qu’il y ait dans la colonne vertébrale du Loulav un endroit qui n’est pas recouvert par les feuilles, ce Loulav n’est pas valable.

 

 

2)   [2-יב-ב] Un Loulav dont les feuilles se sont « brisées » c’est à dire qu’elles se sont détachées de l’endroit où elles sont fixées à la colonne vertébrale du Loulav à tel point qu’elles tombent vers le bas, et ne montent pas avec le Loulav (dans la direction de la colonne vertébrale), ce Loulav n’est pas valable.

 

3)   [2-יב-ג] Un Loulav dont la majorité des feuilles a séché n’est pas valable.

 

4)   [2-יב-ד] La manière de pousser des feuilles du Loulav est que chaque feuille pousse doublée et est accrochée dans son dos (le dos de la feuille fait le lien entre les deux côtés de cette feuille). La feuille du haut qui sort de la colonne vertébrale du Loulav est appelée « Téyometh » [voir cependant plus loin au §10]. Il est dans la beauté de la Mitsva que la Téyometh soit fermée complètement. Il existe des Loulavim qui possèdent deux Téyometh.

Un Loulav « dont la tête est coupée », c’est à dire dont la majorité des feuilles du haut, qui sortent de la colonne vertébrale, se sont cassées, n’est pas valable [il peut y avoir trois feuilles en haut, il faut que deux d’entre elles soient cassées pour que le Loulav ne soit pas Kasher ; si sur les trois, seule la feuille centrale est cassée, alors le Loulav est Kasher].

De même si la tête d’un Loulav s’est fendue, c’est à dire les deux côtés des feuilles se sont séparées, le Loulav n’est pas valable. En conséquence, il faut veiller lorsqu’on vérifie un Loulav et qu’on le prend dans la main de ne pas séparer les feuilles du haut du Loulav qui sont à la tête du Loulav, de ce fait (de peur de les fendre).

 

 

5)   [2-יב-ה] Un Loulav dont la tête est courbée comme un roseau n’est pas valable même si le reste du corps du Loulav est droit. Ce qui vient d’être dit n’est valable que si la colonne vertébrale du Loulav est courbée, par contre si les feuilles qui sortent de la colonne vertébrale sont courbées, le Loulav est Kasher. Certains sont plus stricts y compris en ce qui concerne les feuilles. Un Loulav qui a été courbé comme une faucille et dont la colonne vertébrale est devenue comme un dos bossu n’est pas valable. Ceci n’est vrai que s’il a été courbé en avant ou sur les côtés, mais s’il a été courbé en arrière, le Loulav est valable.

 

 

6)  [2-יב-ו] Les Loulavim qui poussent en haut des palmiers qui ne donnent pas du tout de fruits, comme les Loulavim qui poussent sur les palmiers aux Canaries, sont propres à faire la bénédiction dessus (en d’autres termes sont valables pour accomplir la Mitsva et pour faire la bénédiction)  et on peut se rendre quitte de la Mitsva avec des tels Loulavim.

Celui qui est plus strict et ne prend que des Loulavim qui donnent des fruits, qu’il reçoive la bénédiction.

 

 

7)   [2-יב-ז] La taille (minimale) de la colonne vertébrale du Loulav est de quatre Téfa’him (32 centimètres et il est bon d’être plus strict et de prendre un Loulav d’au moins 40 centimètres). Cette mesure est uniquement celle de la colonne vertébrale mais les feuilles ne s’associent pas (ne s’additionnent pas) pour arriver à cette mesure.

Il n’y a pas de mesure maximale pour le Loulav, et si on a un Loulav très long, il est Kasher.

 

8)   [2-יב-ח] La colonne vertébrale du Loulav doit avoir (au moins) un Téfah de plus que les feuilles de Myrte et de saules une fois que celles ci ont été attachées ensemble (au Loulav) (la taille minimale des feuilles de Myrte et des feuilles de saules est de trois Téfa’him comme nous le verrons plus loin).

 

 

Compléments : les lois précédentes étant assez complexes, je me suis permis de traduire quelques paragraphes du livre [1] עובדיה  חזון.

 

[1 – pרצדב] Il est mieux d’accomplir la Mitsva avec un Loulav dont les feuilles poussent avec sa colonne vertébrale vers le haut, comme un sceptre (formé d’une seule branche). A posteriori, si les feuilles sont séparées les unes des autres mais ne se sont pas arrachées du Loulav, celui-ci est Kasher, même si on n’a pas lié les feuilles au Loulav). Malgré tout, a priori, il y a une Mitsva à les lier (au Loulav).

 

Si les feuilles se sont « séparées » c’est à dire que les feuilles se sont détachées et ne montent pas avec la colonne vertébrale mais tombent vers le bas, même si les feuilles ne se sont pas détachées de leur point d’attache (avec le Loulav, c’est à dire ne sont pas arrachées), le Loulav n’est pas valable. Même si on a lié les feuilles à la colonne vertébrale du Loulav, ce n’est pas « beau » et le Loulav n’est pas valable.

A plus forte raison si les feuilles sont arrachées et ont été détachées de l’endroit de leur attache (au Loulav), le Loulav n’est pas valable, même si on a lié les feuilles à la colonne vertébrale (du Loulav).

 

Tout ce qui vient d’être dit est valable si un tel cas se produit sur la majorité des feuilles, par contre si cela se produit sur une minorité de feuilles et que la majorité des feuilles reste attachées sur la longueur requise du Loulav (quatre Téfa’him à partir du haut du Loulav), et que la colonne vertébrale du Loulav reste couverte par ses feuilles, ce Loulav est Kasher.

 

 

[1 – pרצהג] La manière de pousser des feuilles du Loulav, lorsqu’elles croissent avec lui, est de pousser deux à deux et d’être collées (ces deux) par leur dos, le dos de chaque feuille qui est constituée de deux feuilles s’appelle la « Téyometh», si la Téyometh s’est séparée pour la majorité des feuilles, le Loulav n’est pas valable.

 

De même, si la majorité des feuilles sont simples (et non doublées) depuis leur naissance, et qu’il n’y a pas de Téyometh, le Loulav n’est pas valable. De même un Loulav dont toutes les feuilles (avec Téyometh)  sont d’un seul côté (du Loulav), et que le second côté est nu sans feuille, ce Loulav n’est pas valable.

 

 

[1 – pרצוד] Un Loulav dont la colonne vertébrale s’est brisée, il faut être strict et lui donner un statut de Loulav non valable.

 

 

[1 – pרצוה] Un Loulav dont la majorité des feuilles a séché n’est pas valable, car ce n’est pas un Loulav « beau ». On considère qu’il a séché lorsque l’aspect vert du Loulav a disparu et a blanchi comme la face d’un mort, à ce propos le Talmoud de Jérusalem applique le verset (Psaumes Ch. 115, v. 17)

לֹא הַמֵּתִים, יְהַלְלוּ-יָהּ;

Ce ne sont pas les morts qui loueront le Seigneur

 

 

[1 – pרצוו] Si la tête du Loulav s’est « cassée », c’est à dire que la majorité des feuilles du haut du Loulav se sont cassées, ce Loulav n’est pas valable [il peut y avoir trois feuilles en haut, il faut que deux d’entre elles soient cassées pour que le Loulav ne soit pas Kasher ; si sur les trois, seule la feuilles centrale est cassée, alors le Loulav est Kasher].

 

De même si la feuille du haut s’est divisée [fendue] jusqu’à la colonne vertébrale, la Téyometh s’est divisée [fendue] et le Loulav n’est pas valable. Si le haut du Loulav (sa tête) est constitué de deux feuilles et la Téyometh des deux feuilles s’est divisée [fendue], alors le  Loulav n’est pas valable. Ce qui vient d’être énoncé n’est valable (n’est vrai) que si les feuilles sont fendues sur toute leur longueur ou sur la majorité de la longueur, mais si elles ne sont fendues qu’un peu (moins de la majorité) alors le Loulav est Kasher. Si la Téyometh d’une des deux feuilles est fendue et l’autre a conservé sa Téyometh (non fendue) le Loulav est Kasher. Il est bon de veiller à prendre un Loulav dont la feuille du haut n’est pas du tout fendue, afin que la prise du Loulav soit « intègre » et « complète ».