Ben Ish Hai Quotidien• du 6 avril 2015

Ben Ish Hai Quotidien• du 6 avril 2015

212
0
SHARE

 

 

•Ben Ish Hai Quotidien• 6 avril 2015

Yehonathan Chaoul Parsy

Raban Shim’on Ben Gamliel dit (Avot 1:18) que le monde tient sur trois choses: Emeth – la vérité, Din – le jugement et Shalom – la paix. Emeth représente les mitsvot ‘assé – les commandements positifs. Din représente les mitsvot lo ta’assé – les commandements négatifs. Et Shalom, lui, représente les mitsvot dérabanane.
Et pourquoi ce sont précisément ces mitsvot dérabanane qui sont associées au Shalom? Car au moment où  les juifs fautent, Hashem ne voulant pas les punir immédiatement, veut leur laisser le temps de faire téshouva. Mais les accusateurs prétendent qu’ils ne méritent pas cette miséricorde car ils dédaignent la Sainte Torah. Et là, Hashem peut leur répondre que s’ils dédaignaient vraiment la Torah, il n’auraient jamais accepté les mitsvot dérabanane. Le simple fait d’avoir pris sur eux des mitsvot qu’Hashem ne leur avait pas demandé est la preuve de leur respect pour Lui et sa Torah. Et c’est ce qui fait la paix dans es cieux et sur terre.

– Même s’il n’est nécessaire que de verser un revi’it d’eau pour faire Nétilat Yadaim, on devra s’efforcer d’utiliser une quantité abondante. Les ignorants qui font Nétilat Yadaim mais de manière erronée, leur punition est pire que celle de ceux qui ne le font pas du tout. Pour trois raisons: d’abord ils mangent sans avoir fait Nétilat Yadaim. Ensuite, ils font une Bracha – bénédiction en vain. Et pour finir, Hashem leur en veut, car s’ils font déjà la moitié du travail, que leur en coûte-t’il de le faire en entier?
– On doit déjà faire Nétila pour manger même juste un kazaït de pain (27 grammes) mais on ne fera la Bracha qu’à partir d’un kabetsa (2 kazaït). Si on a fait la bracha en pendant manger kabetsa et qu’après kazaït on n’en veut plus, il n’y pas de risque de bracha en vain. Cependant il est mieux de se forcer de manger kabetsa pour justifier la bracha.
(אל פי בן איש חי הלכות – שנה א’ – פר’ שמיני – הקדמה והלכה א)

Dédié à la réfouah shélémah de ‘Haya Simha bat Jeanette Jamilla, Mézala bat ‘Haya Myriam, Batshéva bat Elishéva, Avraham ben Soultana Ra’hel et Avner ben Sim’ha.
Dédié également à l’élévation de l’âme de Ra’hel bat Mazal, Chaoul ben Nissim, Daniella Fortunée bat Ra’hel, Ra’hel bat Maya, Haya Ra’hel bat Sassya Lisette et Alice Aïcha bat Ra’hma, ת.נ.צ.ב.ה